C’est quoi la Cérémonie de l’hommage ?

Share Button

C'est quoi la cérémonie de l'hommage ?Selon vous, c’est quoi la Cérémonie de l’hommage ? Eh oui, encore un rituel du Moyen âge dont vous ignorez le sens 🙂

Pour rappel, au Moyen âge, toutes les terres appartenaient à des seigneurs. Cependant, les seigneurs n’avaient pas le même niveau de richesse.

Du coup, les seigneurs moins puissants demandaient la protection des seigneurs plus puissants. Le seigneur qui demandait la protection devenait le Vassal de celui que le protégeait. Et le seigneur qui protégeait devenait le Suzerain.

Cette relation entre les seigneurs était scellée par un contrat féodal lors d’une cérémonie, appelée la Cérémonie de l’hommage.

Bon… C’est quoi la Cérémonie de l’hommage ?

Vous l’avez compris, la Cérémonie de l’hommage était une cérémonie officielle lors de laquelle des seigneurs scellaient un contrat féodal pour devenir Suzerain ou Vassal.

Le Suzerain et son Vassal étaient donc liés à vie par un contrat qui rappelait que les deux seigneurs avaient des obligations l’un envers l’autre :

– Le Suzerain devait donner à son Vassal une terre (un fief) pour qu’il ait une source de revenus et s’engageait à le protéger des attaques d’envahisseurs ou d’autres seigneurs ;

– Le Vassal devait respecter ses engagements, à savoir :

• Effectuer un service militaire de 40 jours par an dans l’armée du Suzerain ;

• Assister le Suzerain dans son conseil ou dans sa cour de justice ;

• S’acquitter d’une redevance ou aide dans ces 4 situations : la croisade, la rançon du Suzerain s’il était pris en otage, l’entrée de son fils dans la chevalerie et le mariage de sa fille aînée.

Sachez que la Cérémonie de l’hommage était composée de 3 étapes très codifiées :

1ère étape : Pour accepter la terre que lui donnait son Suzerain, le Vassal se mettait à genoux (sans armes) et plaçait ses mains sur celles du Suzerain. L’absence d’armes montrait que le Vassal se mettait sous la protection du Suzerain.

Le seigneur protecteur posait alors la question suivante : « Voulez-vous être mon homme ? ».

Le seigneur qui demandait la protection répondait : « Je le veux ».

Cette réponse faisait donc de lui le Vassal d’un seigneur qui devenait, alors, Suzerain 🙂

2ème étape : Le Vassal prêtait serment de fidélité sur l’Évangile ou sur de saintes reliques. Ceci donnait un caractère sacré à sa promesse. Ensuite, les deux seigneurs s’embrassaient (le baiser de paix) pour sceller leur fidélité ;

3ème étape : Le Suzerain installait le Vassal dans son fief en lui remettant un objet symbolique (une branche d’arbre, une lance…).

Enfin, notez que celui qui ne respectait pas le contrat était accusé de félonie (trahison).

Voilà tout ! 🙂

Share Button