A la Une :

Connaissez-vous les différentes conceptions du terme Harki ?

Share Button

harkiHarki est un un terme fort présent dans les médias.

Toutefois, êtes-vous certain de connaître les différentes conceptions du terme Harki ? Comme vous êtes en train de lire ce texte, la réponse est peut-être non 🙂 Ou bien vous le lisez pour être sûr(e) de votre définition 🙂

Sachez donc qu’un Harki est un Algérien (à l’époque Français) ayant servi les Français, dans une formation paramilitaire, pendant la Guerre d’Algérie.

Cependant, dire, tout simplement, qu’un Harki est un Algérien qui a combattu du côté des troupes françaises pendant la Guerre d’Algerie ne suffit pas à expliquer la complexité de ce terme.

Il faut d’abord rappeler que la Guerre d’Algérie ou Guerre d’indépendance algérienne est un conflit qui s’est déroulée de 1954 à 1962 en Algérie (à l’époque colonie française). Comme vous le savez, cette guerre s’est terminée par l’indépendance de l’Algérie le 3 juillet 1962.

S’agissant d’une guerre de décolonisation, elle a donc opposé des nationalistes algériens au colonisateur français.

Du coup, certains peuvent se demander pourquoi des Algériens ont intégré l’armée française pour se battre contre des Algériens qui cherchaient l’indépendance de leur pays.

Ainsi, il est fréquent qu’un Harki soit aussi défini comme un Algérien ayant quitté son pays en raison de son comportement anti-indépendantiste durant la Guerre d’Algérie.

Dans ce sens, en Algérie, un Harki est souvent considéré comme un traître voire un collaborateur. Voilà pourquoi, après l’indépendance de l’Algérie, les Harkis restés sur place ont été massacrés.

Enfin, retenez qu’en France, les Harkis ont obtenu le statut d’anciens combattants en 1974. En outre, le 25 septembre 2016, lors d’une allocution prononcée dans la cour de l’Hôtel national des Invalides (dans le cadre de la journée nationale d’hommage aux Harkis), François Hollande a reconnu « les responsabilités des Gouvernements français dans l’abandon des Harkis, les massacres de ceux restés en Algérie et les conditions d’accueil inhumaines de ceux transférés en France ».






Share Button

Commentaires

Commentaires

Ce texte vous a intéressé? Dites-nous ce que vous en pensez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*